Nantes-Méditerranée à la voile

le bateau

A la fois moyen de transport et habitation, Raki est un petit voilier de 8 mètres. Dans cette rubrique, nous le présentons sous toutes ses coutures, comme un cinquième membre de la famille.




RAKI Saison 2015 - année du cinquantenaire

12mai

Raki - Tourduf 2014 RAKI vient de passer l'hiver au sec. Il a subi une petite rénovation de la contre-quille, la pièce de bois massif qui ferme la boite par dessous. Pour cela il a fallu déquiller puis requiller (voir la petite vidéo ci-dessous). Les boulons en inox que nous avions changés en 2003 sont en parfait état et ont pu être réutilisés. Le bateau a rejoint l'élément liquide mardi 27 avril à Nantes. Puis après un convoyage nocturne le jeudi soir, il a pris le départ de la Pornic-Ile-d'Yeu-Pornic le vendredi 1er mai. Le 2 mai, une deuxième manche autour de l'île a précédé une soirée des équipages bien arrosée et rock n'rollisée par le groupe "Theadventuresof" qui a mis le feu. Le 3 mai, la troisième manche Yeu-Pornic s'est courue dans des conditions moins humides et moins ventées. Grâce au vaillant équipage qui le menait, RAKI a plutôt bien marché (les résultats ici). Depuis, il a rejoint Port Navalo pour participer à la Semaine du Golfe.






Raki, le retour - 2014

30juillet

Après deux hivers de chantier où Raki s'est fait refaire l'étrave et un peu de bordage, il a retrouvé l'eau le lundi 21 juillet 2014. Nous avons étrenné le nouveau gréement lors du convoyage Nantes-Roscoff et à présent, nous préparons le bateau pour le Tour du Finistère à la voile. Pour l'occasion, Léonie a commandé une nouvelle couleur : rouge fluo ! Les parents ont cédé...

image.jpg






Nous y serons le 27 août, à la rame s’il le faut !

13août

IMG_0604.JPGLe Mistral a soufflé fort fin juillet. Comme il nous était impossible de reprendre la mer, nous avons décidé de faire une escapade à Paris pour rendre visite à nos familles. 5 heures de TGV dans un sens, puis 5 heures de TGV dans l’autre et 3 jours plus tard et nous reprenions la mer. Nous avons d’abord fait escale à Marseille, puis à Port St Louis du Rhône après une navigation musclée au louvoyage contre 30 nœuds de vent (nous n’avions pas eu connaissance de l’avis de grand frais), et aux Saintes Maries de la mer. Lorsque nous avons voulu repartir pour Sète, le moteur s’est remis à tousser pour le plus grand bonheur du spi qui a pris l’air en nous tirant à 2 nœuds le matin et à 6 nœuds l’après-midi quand le vent s’est levé. A Sète, nous avons démâté et caréné Raki. Nous avons aussi fait réviser le moteur pour la deuxième fois en 15 jours. Le mécano s’en est pris au carburateur et au pointeau avant de déclarer : « maintenant il tourne très bien ». Tout en préparant Raki à se métamorphoser en péniche, nous avons retrouvé peu à peu tous les copains en vacances dans le sud et la famille que nous y avons.IMG_0591.JPG Ils nous ont aidé à nous adapter à notre nouvelle vie hexagonale. Le mauvais temps nous a retenu une journée de plus à Balaruc car l’étang de Thau est une vraie bouilloire quand le vent souffle fort de nord ouest. Notre petit moteur ne l’aurait sans doute pas supporté. Le 6 août nous avons pu faire la traversée et nous engager dans le canal de Riquet où, depuis, nous nous faisons les biceps en tirant sur les aussières dans les écluses. Nous avons atteint Toulouse au 5ème jour et là, nous avons procédé à une nouvelle enquête moteur car le réchauffement climatique mondial semble s’être tout entier installé sous son capot. Cette fois, avec l’aide d’un mécanicien très serviable et compétent, nous l’avons démonté entièrement sur le quai pour découvrir que le thermostat était complètement cuit. Manque de chance car les fournisseurs sont rares en période de vacances et c’est finalement Accastillage Diffusion de Nantes qui nous les a expédiées par Chronopost. Remontage ce jour pour nous apercevoir que plusieurs joints sont foutus et qu’il faudrait démonter tout le bloc moteur pour trouver d’où vient le trop plein d’air. En somme, plusieurs journées de chantier et sans doute un coût de main d’œuvre supérieur à celui d’un moteur neuf. Nous essayons donc de remettre la main sur la dame de nage pour continuer à la godille.


Monté sur ressorts

23février

ressort_sur_aussieres.JPGLe vent ne mollit pas à Porto et les aussières cassent sur tous les bateaux. Nous en avons ramarré un qui se baladait au bout d'un bout la nuit précédente. Sur Raki nous venons d'investir dans des amortisseurs en caoutchouc et de nouvelles aussières rutilantes. Bilan nous avons passé une excellente nuit, sans aucun à-coups.

Cybercafé dans 6m²

16février

cybercafé Nos problèmes informatiques sont en partie résolus. Mais le caractère portable de l'ordinateur devient discutable. Il lui faut désormais des enceintes rapportées, une caméra à défaut de webcam, un disque dur externe, un clavier supplémentaire (qwerty) car l'original ne fonctionne plus, sans parler de l'antenne wifi, de la souris, du scanner et des housses en tous genres. Nous envisageons l'ouverture prochaine d'un cybercafé itinérant.

Par ailleurs nous projetons de quitter la Corogne cette nuit. La prochaine escale est encore indéterminée. Peut-être Muros (au sud immédiat du Cap Finistère).

Frais comme une rose

21décembre

peintures_de_pont.JPGLe pont de Raki était gris depuis 2003. Le soleil le rendait impraticable pieds nus lors des chaudes journées d'été... En Bretagne. Il nous a semblé plus raisonnable de l'éclaircir en prévision de nos navigations futures... En Méditerranée. Aussi avons-nous choisi le beige de chez International. Léonie, pleine de reconnaissance envers ses parents, n'y a vu que du rose. Nous n'avions pas prévu un tel plébiscite, mais nous l'apprécions à sa juste valeur sachant que les préparatifs et la peinture se firent par des températures qui excédèrent rarement les 2°C. Le thermomètre devrait remonter maintenant... Avec l'arrivée de la pluie.

Pilote

21octobre

0202203_250.jpg Le choix du pilote fut difficile mais c'est fait. Nous avons renoncé à installer un pilote Simrad sophistiqué et puissant à cause du prix et des complications d'installation car c'est un peu volumineux pour un Armagnac. Nous avons opté pour un pilote Raymarine couplé à une girouette-anémomètre. L'interface seatalk permet en effet d'utiliser le pilote en mode vent aussi bien qu'en mode compas. A présent nous lui cherchons un surnom en tant que cinquième équipier.

Raki et la régate

17octobre

Raki est d'abord un bateau de croisière. Mais c'est aussi un petit bateau de régate.


Raki National Armagnac 2005

RAKI, un Armagnac de plus de 40 ans d’âge

11octobre

Raki_en_regate__Tour_du_Morbihan_2008_.jpgRAKI a été construit à la Rochelle durant l’hiver 1965-1966. Après deux prototypes (« Calvados » un peu plus court et « Armagnac » moins lesté), RAKI est le premier Armagnac de série. Ses deux premiers propriétaires étaient le Dr Montaubin, régatier rochelais et Jean-Claude Arié, patron du chantier Arié-Vernazza.

RAKI s’imposa dès la première saison en remportant plusieurs courses dont la Coupe de l’Atlantique (coupe des 18 Pieds). La presse nautique contribua à façonner la légende en publiant de copieux articles sur RAKI insistant sur le triptyque qui fait l’originalité du bateau : volumineux, rapide et abordable.

« C’est un gros bateau, construit en contreplaqué sur une coque à deux bouchains, à franc-bord généreux, avec une carène, par contre, très fine de lignes. » (Bateaux, octobre 1966).

« L’Armagnac est incontestablement un bateau très réussi, sans doute l’une des plus intéressantes créations de ces dix dernières années. C’est un exemple presque parfait de bivalence croisière/course à des prix encore accessibles, pouvant aller très loin, rapidement même par petit temps et se manier sans fatigue. […] L’Armagnac répond en outre à la plupart des exigences des clubs de voile […] avec la possibilité de loger en école six personnes. L’Armagnac : un H.L.M. de course dont l’architecte peut être fier. » (Nautisme, décembre 1966).

RAKI changea de propriétaire à plusieurs reprises, continua de naviguer quelques années en Atlantique avant d’être basé en Méditerranée dans les années 1980. Il passa même plusieurs années au sec dont une à Lyon et fut débaptisé.

Nous l’avons découvert et acheté à Port st Louis du Rhône en 1999. Un long convoyage de Marseille à Pontrieux via Ouessant, l’Angleterre et la Seine permit de ramener RAKI dans des eaux plus froides.

En 5 ans, le bateau a été rénové entièrement, partiellement reconstruit et rééquipé : accastillage et manœuvres en 2001-2002 ; hublots, boulons de quille et voiles en 2002-2003 pont et rouf reconstruits entièrement au chantier Klas Stelleman à Paimpol la même année ; cockpit reconstruit en 2003-2004 au chantier Bois Courbe à Nantes et nouveau safran en 2004-2005.

Nous l’avons enfin entièrement rééquipé durant les 4 dernières années (voiles, électronique, moteur, équipement de sécurité, coussins, etc.). Le bateau est actuellement basé à Nantes où il hiverne au sec 8 mois par an au chantier Bois Courbe de Trentemoult. Le reste du temps, le bateau est en migration constante et navigue une cinquantaine de jours chaque saison. Ses navigations alternent entre croisière et régate.

Une nouvelle page de l’histoire de Raki se tourne avec notre périple en famille en Méditerranée.

                                                               Nantes, le 11 octobre 2009

Plus d'infos sur le site de l'association des propriétaires et amateurs d'Armagnac :

http://pagesperso-orange.fr/armagna...