Ce qui est passé sur Porto aujourd'hui était d'une violence rare. Le vent de sud ouest a commencé à fraîchir vers 7h00 ce matin. Il est monté à 30 nœuds vers 10h00. De violentes rafales se sont abattues sur le port à 14h00 : 40 nœuds, 45 nœuds. Puis tout s'est emballé entre 15h00 et 16h30. Les anémomètres affichaient 50 nœuds, 55 nœuds. L'eau de l'avant port est devenue blanche d'écume. La mer s'est mise à fumer. Les bateaux prenaient 20 ou 30 degrés de gîte dans le port. De quoi se faire quelques belles frayeurs lorsqu'on voyait les bateaux bondir en tous sens et les vagues submerger le môle et passer à l'horizontale au dessus du port. Puis tout est retombé en quelques dizaines de minutes entre 17h00 et 17h30 et le vent a basculé à l'ouest aussi vite pour s'établir au nord ouest à 18h00 pour 15 nœuds. Le port a résisté sans trop de casse. Des catways se sont arrachés dont celui auquel Raki était amarré, de nombreux taquets ont pris du jeu sur les ponts, beaucoup de bouts ont cédé mais aucun bateau n'a été trop abîmé. La dépression se déplace vite vers le nord-est à présent et doit aborder les côtes françaises ce soir et demain après avoir traversé le Golfe de Gascogne. Et nous qui pensions trouver un printemps anticipé en prenant du sud, nous sommes obligés de reconnaître le bien fondé de tel proverbe portugais qui dit : "en février, ne te dis pas que ça y est".


Coup de tabac sur Porto