697.JPGLa navigation de Beni-Saf à Oran prend moins de temps que prévu car le courant (plus d’un nœud) nous pousse désormais vers l’Est. Nous louvoyons entre l’île plane et le cap Falcon et à l’approche d’Oran, nous appelons la capitainerie par VHF. On nous dirige vers le quai des gardes côtes puis, une fois les formalités accomplies, vers le quai d’Alger où nous nous amarrons. La PAF nous encourage à nous déplacer vers le ponton du Yacht Club géré par l’association Phenicia qui offre une meilleure protection. Lorsque nous débarquons, il fait nuit. Le gardien nous apprend qu’il y a des membres du club à l’étage et que nous pouvons les rejoindre. Nous y trouvons Abdelkrim et Fatih qui nous souhaitent la bienvenue et nous offrent un verre. DSC03593.JPGPuis des amis à eux arrivent avec un plat de paella que nous sommes invités à partager. La discussion porte sur la France que tous connaissent très bien pour y avoir travaillé ou y travailler encore, sur l’Algérie qui bouge, sur le club qui a développé des activités en faveur de l’environnement. Tous se montrent curieux de notre voyage. Nous notons quelques numéros de téléphone. Des rendez-vous sont déjà pris pour découvrir Oran. Nous sentons déjà qu’il va être difficile de repartir.