DSC03735.JPGNous partons ce matin avec un reste de houle qui n’a cessé d’enfler tout au long de la traversée, aggravée par une mer chaotique à chaque pointe. Cela a dû souffler fort ces derniers jours. Durant la nuit, les gardes côtes nous appellent plusieurs fois pour savoir où nous nous trouvons et si tout va bien à bord. C’est rassurant de se sentir suivi ainsi. Nous sommes contents d’arriver à Annaba au petit matin. Lorsque nous posons le pied sur le quai, nous titubons un peu car nous avons été très secoués pendant 24 heures. Nos visas sont périmés depuis hier. La Police des frontières nous laisse un moment entendre que nous pourrons quand même aller faire du tourisme en ville avec un permis d’escale. Mais finalement elle se ravise et nous nous contenterons d’une longue promenade sur le port que surplombe la basilique St Augustin. Le capitaine de Port nous donne une météo. Nous reprendrons la mer dès demain matin.