DSC03785.JPGLe temps est beau toute la matinée. Après avoir passé une heure sur le rouf où elle avait trouvé refuge, Léonie accepte de redescendre lorsque nous envoyons les voiles. Dans l’après-midi, l’orage revient avec ses éclairs. Nous ne traînons pas et gagnons Sidi Bou Saïd aussi vite que possible. Sidi Bou Saïd est le port de plaisance de Tunis, à deux pas de Carthage et de la Marsa. Le port est bien équipé et nous envisageons de sortir Raki de l’eau pour savoir ce qui gratte sous la coque. Finalement la capitainerie nous informe que la grue est en panne et qu’il faut traiter avec Magyd qui a quelques engins avec lesquels il devrait pouvoir nous sortir de l’eau. Mais ce dernier commence par refuser car Raki est trop grand (si, si). Mais le lendemain, après un nouvel échange, il finit par accepter de lever Raki avec un genre de Fenwick à la fourchette rallongée. Nous ne faisons pas les fiers.