9_mois.jpgPour accélérer un peu, nous venons de faire deux navigations de 24 heures environ pour passer le sud de la botte italienne. La première nous a menés d’Erikoussa en Grèce à Le Castella en Calabre par temps brumeux. Puis après cette première escale italienne, nous sommes repartis en direction de la Sicile par temps frais et mer formée dans le golfe de Squillace et dans le détroit de Messine. Les enfants ont plutôt bien supporté les longs bords de près alors que le bateau plantait des pieux avec deux ris dans la grand-voile et un ris dans le foc de route. Léonie nous a même pris un peu de haut en nous expliquant qu’il ne fallait pas se plaindre car on avait connu bien pire lors du coup de vent de Galaxidi et qu’il n’y avait pas tant de mer que ça. L’air un peu hagard, diminués par nos quarts de nuit et dégoulinant d’eau de mer, nous n’avons rien trouvé à lui répondre. Hier nous avons fait un peu de ravitaillement et fêté les neuf mois de Gustave (photo), dont 5 passés sur le bateau. Nous sommes bien protégés dans le port de Messine dont le responsable, ému d'accueillir un si petit bateau avec autant de milles au compteur et une famille à bord nous a offert une bonne bouteille de rouge sicilien. Nous avons aussi fait la rencontre de l'équipage de Bidourik, le JPK960 du tourduf avec son grand "Chambre de Commerce et d'Industrie des Côtes d'Armor" peint sur le bordé. Aujourd'hui, Raki nous a patiemment attendus pendant que nous traversions la Sicile en voiture. C’est que nous voulions découvrir l’intérieur de l’île et la vallée des Temples d’Agrigente que nous avons rejointe en contournant l’immense Etna. Une façon de retrouver nos chers Grecs. Nous repartons demain vers d’autres volcans dans les îles éoliennes. 3,2,1, feu !