Celui_dont_on_ne_parle_jamais.jpgLéonie était très émue de rentrer en France aujourd’hui et de pouvoir être à nouveau de toutes les conversations ce qui ne fut pas toujours possible ces six derniers mois au cours desquels il aura fallu jongler entre l’espagnol, le portugais, l’arabe, l’anglais, le grec et l’italien. On a même fini par s’y perdre et donner du parakalo à un Italien, du salam alikoum à un Maltais ou encore du gracias à tel autre Grec. Ce 20 juillet, donc, nous avons remis le pied en France ! Ou presque puisque nous sommes arrivés en Corse après une navigation de 30 heures depuis Ostie, le port de Rome. Nous avons louvoyé toute la première moitié de la traversée entre les îles toscanes. La mer est confuse dans ces parages car la houle de la veille croise les vagues du jour formant un dédale très chaotique. Puis le vent s’est orienté au nord en mollissant un peu nous permettant de tirer un bord dans le sens de la route. La traversée s’est terminée au moteur par manque de vent entre l’île d’Elbe et la Corse. Nous avons gardé les doigts croisés car ledit moteur commence à donner des signes de fatigue. Nous l’avons confié ce soir à un professionnel pour les vidanges et une révision complète. Après le Canal de Corse, nous visons le Canal du Midi - pas moins historique - que nous devrions embouquer au tout début du mois d’août. D’ici là, nous avons 10 jours pour regagner le continent (Amélie aimerait bien faire une entrée solennelle dans le port de Cannes, sous la Croisette) et laisser passer le coup de mistral qui s’annonce avant de rejoindre Sète et d’y démâter le bateau. Sinon la vie suit son cours à bord même si nous n’avons pas donné beaucoup de nouvelles sur le blog ces derniers temps : les escales se succèdent et certaines ont été de vraies bonnes surprises comme celle de Procida (photo), DSC04128.JPGun nouveau pavillon national flotte sur le pataras du bateau (nous avons gardé l’ancien pour le vendre aux enchères à notre retour à Nantes histoire de renflouer les caisses), Gustave circule désormais dans une magnifique poussette romaine et Léonie prépare sa rentrée en dévalisant les papeteries et en s’appliquant à déchiffrer tous les mots qui s'offrent à son regard. Nous allons prendre le temps de compléter cette liste en mettant bientôt en ligne quelques images d’Amalfi, de Naples et de Rome que nous avons adorées.